DreamNews

Votre flow d'actualités pour mieux comprendre le monde d'aujourd'hui et de demain

Publié le 18 Octobre 2018 22:26

Une chose est sûre : ce n’est pas demain que l’on pourra monter à bord de sa voiture volante, survoler les routes embouteillées en un claquement de volant, atterrir là où bon nous semble, ranger ses ailes et sortir ses petites roues pour finir son trajet et  rouler jusqu’à une place de stationnement.

Et ce n’est pas tant la technologie que la législation qui freine. 

Car côté technologie, certains constructeurs se disent prêts ou presque. C’est le cas d’Opener la start-up financée par Larry Page le président et co-fondateur de Google, qui vient d’annoncer la commercialisation de son engin volant, baptisé Blackfly dès 2019. 


Blackfly, dont nous vous avions déjà parlé en août dernier, est un aéronef à propulsion électrique avec décollage et atterrissage vertical, pouvant accueillir une seule personne et facile à piloter (pas besoin de licence de pilote mais une petite formation à suivre validée par un petit examen).
 


Côté performances, BlackFly aura une autonomie d’environ 65 km et une vitesse maximale de 115 km/h. Limité par la législation, il est prévu d’être commercialisé dans un premier temps uniquement aux Etats Unis et ne pourra voler que dans des zones rurales et des terrains non encombrés et sa vitesse aux USA sera limitée à 40 km/h.

Les analystes et experts en mobilité estiment qu'il faudra attendre encore au moins 5 ans avant de voir la voiture volante devenir une solution de transport personnel, le temps d'adapter les règlementations et infrastructures locales et nationales à ce transport d'un nouveau genre.

En savoir plus :
https://www.cnbc.com/2018/10/12/google-co-founder-larry-page-backs-flying-car-start-up-opener.html


Lire notre article d’août 2018 : https://mydreamsmiletheworld.com/mo/fr/dreamnews/dreamnews/detail/337.html
?

 




  
Retour aux DreamNews
× image